Categories Menu

Publié by Le oct 1, 2013 Dans Sommaire du numéro 4

L’acidité un risque majeur

L’acidité un risque majeur

Saviez-vous que l’hyperacidité est à l’origine d’une dégénérescence organique qui ouvre la porte aux maladies les plus graves ?

Très fréquente à notre époque, elle devrait faire l’objet d’un dépistage vigilant et de traitements préventifs sans relâche.

Le terrain est tout, disait Claude Bernard.

Or, votre terrain est fondamentalement affecté par votre équilibre acido-basique.

Autrement dit, l’acidité ou l’alcalinité de votre organisme ont une influence prépondérante dans l’apparition de nombre de maladies et de troubles divers.

Voyons pourquoi…

La délicate biochimie de votre santé

Dans chaque milieu biologique de votre organisme, la fourchette des niveaux du pH doit rester constante.

Par exemple, le pH de votre estomac se situe entre 1,5 pendant la nuit et 5 en début de digestion.

Vos sécrétions pancréatiques, elles, ont un pH compris entre 7,5 et 8,2. Votre bile entre 7 et 7,5. Vos sécrétions intestinales ont un pH à 8. Votre côlon varie entre 4,5 et 7,5…

Le rôle de ces sécrétions digestives consistant à neutraliser l’acidité de votre contenu gastrique par des éléments basiques, il est bien évident que des variations trop importantes de l’un ou l’autre de ces pH vont inexorablement perturber votre digestion.

Et, si l’alcalinisation des aliments est incomplète, c’est votre organisme tout entier qui va s’acidifier.

Au bout d’un certain temps, surtout si vous avez tendance au sédentarisme et si vous êtes carencé en vitamines et en oligo-élments, vos excès d’acides vont être stockés dans votre tissu conjonctif.

PH_test_paper

Ce sera alors l’acidose tissulaire chronique !

Est-ce grave ?

Eh bien oui, dans la mesure où cela affectera le transport de l’oxygène et la nutrition de vos cellules.

Alors bien sûr, vous ne tomberez pas immédiatement malade mais, à terme, cet état va néanmoins favoriser le développement de toutes sortes de maladies.

Vous comprenez donc à quel point il est essentiel de préserver le niveau naturel de chacun de vos paramètres digestifs, notamment en veillant à ce que le pH de votre alimentation soit équilibré.

Mais aussi en assurant une supplémentation suffisante en nutriments essentiels, et, bien sûr, en luttant contre le sédentarisme.

Des signes qui ne trompent pas

Comme je l’ai dit, les premières conséquences néfastes de votre hyperacidité ne seront pas tout de suite des maladies à proprement parler, mais seulement des troubles gênants.

Ces troubles devraient toutefois vous servir d’avertissement et vous orienter vers une réforme de votre alimentation et de votre hygiène de vie.

Quels sont donc ces troubles ?

Le plus souvent vous observerez une nette fatigue matinale faisant suite à une nuit plus ou moins agitée.

Quelquefois, votre bouche sera sèche ou, en tout cas, votre langue et votre haleine demeureront chargées pendant toute la matinée.

Il faut dire que l’acidose perturbe et ralentit votre digestion, avec des régurgitations brûlantes, de la constipation, parfois de la boulimie et, inévitablement, une grande difficulté à vous concentrer après les repas.

Quand ce ne sont pas des migraines !

Par ailleurs, votre transpiration va se faire excessive, votre peau va devenir grasse, vos mains moites et froides.

Mais le symptôme le plus fréquent est indéniablement la douleur musculaire, surtout dans la nuque et le dos.

Et les crampes !

Chez les femmes, on constate souvent des infections urinaires à répétition et des pertes blanches.

Enfin, chez les enfants, cela se traduit habituellement par une agitation constante et une fragilité aux infections et aux rhumes, voire une hypertrophie des amygdales.

Des pathologies graves

Hélas, au-delà de ces manifestations simplement désagréables, lorsque votre acidose tissulaire est bien installée, de véritables pathologies vont commencer à s’installer.

En voici quelques unes parmi les plus « classiques » :

  • les rhumatismes,
  • le diabète,
  • les affections rénales et vésiculaires,
  • l’hypertension et l’athérosclérose,
  • l’hyperthyroïdie,
  • l’ostéoporose,
  • les cancers et les leucémies…
test urinaire

Le problème, c’est que les maladies en général, et celles-ci en particulier, augmentent par elles-mêmes votre acidose

Sans compter qu’elles affaiblissent vos émonctoires et rendent le drainage plus difficile, quand ce n’est pas impossible.

N’attendez donc pas de vous trouver prisonnier de tels cercles vicieux !

Dès que les signes avant-coureurs d’une acidose apparaissent : rééquilibrez immédiatement le pH de votre organisme !

Comment dépister votre acidose ?

Au cas où vous ne seriez pas certain de la présence de symptômes avant-coureurs, la meilleure façon de savoir si votre terrain est acide consiste à utiliser du papier de test de pH.

Ce produit est disponible en pharmacie ou en magasin de diététique.

ID-10052636

Il vous permettra de vérifier le degré d ‘acidité de votre urine.

Vous y aurez recours avant les repas de midi et du soir, pendant toute une semaine afin d’être sûr de la constance effective de vos résultats, car le pH urinaire est évidemment fluctuant.

Ne tenez d’ailleurs pas compte des résultats consécutifs à des épisodes de stress ou d’alcoolisation, même légère.

Si l’acidité de votre urine est avérée au bout de cette période, il y a alors de fortes chances pour que votre terrain soit acide.

ID-100152746

Attention, car l’acidité peut être plus ou moins marquée !

Ainsi, la gravité de votre cas ne sera naturellement pas la même si :

  • votre pH se situe autour de 6, ce qui serait « raisonnablement » acide,
  • ou autour de 4,5, ce qui serait énorme !

Mais attention également à ce que votre pH ne soit pas supérieur à 7 !

Ce cas de figure, beaucoup plus rare en cette époque d’alimentation acidifiante, s’observe tout de même quelquefois chez les végétariens rigoureux.

Le déséquilibre est alors du côté de l’alcalinité.

Que devrez-vous faire ?

Tout simplement vous acidifier !

Et de toute urgence… car les dérèglements métaboliques de l’alcalose sont, certes différents, mais aussi graves que ceux de l’acidose.

Que faire pour vous désacidifier ?

Pour en revenir à cette acidose, une fois dépistée, vous aurez à mettre en oeuvre un certain nombre de mesures.

En premier lieu, pratiquez un exercice physique modéré, avec une bonne oxygénation.

Cela contribuera à équilibrer votre pH organique en éliminant du CO2.

Le jogging, la marche, le ski de fond, le vélo, pratiqués progressivement et sans jamais dépasser vos limites augmenteront raisonnablement votre fréquence cardio- respiratoire et favoriseront donc votre alcalinisation.

Enfin et surtout : réformez votre alimentation et entreprenez une complémentation.

Votre régime

Cela va sans doute vous paraître curieux mais, pour vous alcaliniser, autrement dit vous désacidifier, il va vous falloir consommer beaucoup de fruits acides !

Ce seront, par exemple, la tomate, l’orange, l’abricot, la cerise, la prune, le citron, le pamplemousse, la pomme, le cassis, la framboise ou la groseille…

acidité citron

En fait, le paradoxe n’est qu’apparent car tous ces fruits, même s’ils ont une saveur acide, contiennent beaucoup plus de potassium, de sodium et de magnésium que d’acides.

Or, ces minéraux sont non seulement alcalins… mais une fois que vous les aurez digérés ils se transformeront en carbonates, encore plus alcalins !

Evidemment, ne consommez pas ces fruits acides n’importe quand ni n’importe comment, mais seulement en dehors des repas, et plus spécialement en milieu d’après-midi.

D’autre part, soyez prudent avec l’orange si vous êtes hépatique ou que vous ayez des problèmes d’acétone.

Ne prenez, en tout cas, jamais de jus d’orange au petit déjeuner, surtout avec du pain beurré ou des croissants car ce « mélange d’enfer » aurait pour effet d’acidifier fortement votre organisme.

Pour les mêmes raisons, ne mélangez jamais dans le même repas :

  • des fruits acides et des fruits farineux,
  • des fruits-légumes, apparemment doux comme la tomate mais en réalité acides, avec des farineux ou des sucres (ne mangez donc de tomates qu’en dehors des repas).

Consommez ces fruits à l’état cru et parfaitement mûrs car, une fois cuits, les fruits acides ne présentent plus du tout les mêmes propriétés.

acidité ou rentrée femme mange pomme

Cela étant, pour varier, remplacez de temps à autres ces goûters ou repas fruitariens par des légumes crus qui ont, à peu de choses près, le même effet désacidifiant.

Les légumes les plus alcalinisant sont les suivants : ail, brocolis, endive, gingembre, graines de courge, oignon, échalote, radis noir, radis rose, poireau, laitue, pissenlit, persil, légumes racines, légumes verts à feuillage.

rentrée jus de légumes

Accompagnez-les de condiments comme la ciboulette, le thym, la sarriette, le persil, le romarin, l’origan, la mélisse et la menthe, eux aussi très nettement alcalinisant.

Remplacez aussi de temps à autres votre repas du soir par des pommes ou par des fruits séchés comme : amandes, banane, figue, poire, pomme, raisin, melon, pastèque, sauf abricot et pruneaux.

Enfin, si vous êtes malade ou convalescent, poursuivez votre désacidification avec des jus de légumes plutôt qu’avec des fruits.

Au chapitre des tisanes et phytothérapiques, les plus désacidifiant sont :

  • les feuilles d’artichaut en extrait fluide,
  • les feuilles de bouleau en infusion,
  • la teinture de boldo,
  • l’extrait aqueux de fumeterre,
  • la poudre de racine d’angélique,
  • les fleurs de reine des près en infusion,
  • les racines, feuilles et semences de bardane en tisane,
  • l’aubier de tilleul en décoction.
Phytostandard artichaut

Votre complémentation

L’essentiel de votre complémentation minérale alcalinisante vous apportera du potassium, du calcium et du magnésium pour tamponner vos acides.

b-complex

Mais elle se composera aussi de vitamines, surtout celles appartenant au groupe B et plus spécifiquement les B3, B5 et B6.

Ces vitamines assureront les réactions enzymatiques où les minéraux précités sont impliqués.

Les meilleures formes de minéraux alcalinisants sont les citrates.

ID-10022038

Calcium Magnesium Citrate

Ils captent votre acidité en l’emprisonnant, et la transportent pendant la nuit par votre circulation sanguine jusqu’à vos reins. Là, ces citrates seront éliminés avec les toxines et les acides métaboliques qu’ils auront piégés.

Herbe d'orge

Attention : ces citrates sont contre-indiqués en cas d’insuffisance cardiaque ou rénale, ou encore de diabète.

L’herbe d’orge, pour sa part sans aucune contre-indication, a, elle aussi, un pouvoir neutralisant sur vos acides.

C’est même tout à fait spectaculaire !

Vous la trouverez, le plus généralement, sous forme de poudre, en magasins de diététique.

Mais il existe aussi des complexes où elle a été combinée à des minéraux alcalinisants, ou même à des citrates, ainsi qu’à des extraits de végétaux comme le brocoli, le chou ou le persil ou encore, bien sûr, à divers phytothérapiques.

medicine
lithotame-ad

Autre super complément reminéralisant parfaitement naturel : le lithothame.

C’est une algue calcaire douée de la capacité de retenir tous les minéraux de l’eau de mer et plus particulièrement du calcium et du magnésium, ainsi d’ailleurs que du fer, autre minéral alcalinisant.

Le calcium qui se dépose sur son thalle en concrétions d’apparence pierreuse est du carbonate de calcium, une forme singulièrement assimilable et aux propriétés antiacides exceptionnelles.

nutri-yin-yang

Essentiellement prescrit en tant que neutralisateur de l’acidité gastrique, vous le consommerez naturellement avec le même profit pour tamponner l’acidité de votre organisme, surtout si vous souffrez de rhumatismes, tendinites, crampes, sciatiques, gingivites, fatigue ou déminéralisation.

Enfin, je vous conseillerai sans réserve un produit assez fabuleux, dans ce domaine : « Nutri Yin Nutri Yang ».

Ce complément est spécifiquement indiqué dans la fatigue générale, le stress, la perte de tonus, l’hyperexcitabilité, les troubles du sommeil ou les suites d’intervention chirurgicale.

En fait, non seulement il va rééquilibrer votre balance acido-basique, mais il nourrira aussi la double couche lipido-protidique de vos membranes cellulaires, et aura donc un effet très positif sur les échanges entre vos cellules et leur milieu organique.

Retour en haut